Budget 2019 : la Région Grand Est engage 3,2 milliards d’euros
25 janvier 2019
Innovation Défense : forces et leviers dans le Grand Est
21 février 2019

Energies renouvelables : passer à la vitesse supérieure dans le Grand Est

Les énergies renouvelables comblent 20 % des besoins dans le Grand Est. Pour atteindre la barre des 50 % et tendre vers l’énergie positive en 2050, il faudra accompagner et nourrir la progression.

 

Le vent, le bois, le gaz renouvelable, les biocarburants, le traitement thermique des déchets, les éoliennes, le soleil, la géothermie, les centrales hydroélectriques… Les assises régionales des énergies renouvelables ont récemment dressé, à Tomblaine près de Nancy, un tableau assez exhaustif de la situation des politiques menées dans le domaine environnemental, à l’échelle des régions, du pays et du continent européen.

Les énergies renouvelables représentent environ 20  % de la consommation énergétique du Grand Est. « Leur développement, couplé à la diminution des besoins énergétiques, représente un enjeu majeur pour la réduction des gaz à effet de serre », insiste-t-on du côté de la Région.

 

L’enjeu est double : « Anticiper la raréfaction des ressources fossiles tout en assurant le développement des filières et des emplois locaux. » Connaisseur du dossier, Henry Lemoine, conseiller régional et maire de Pont-à-Mousson, croit en un contexte favorable pour passer à la vitesse supérieure. Un « alignement des planètes » pour une région qui compte quatre centrales nucléaires sur son sol (Chooz, Cattenom, Fessenheim et Nogent-sur-Seine dans l’Aube), mais qui se projette sur la fermeture de celle de Fessenheim.

 

Sur de nombreux pans des énergies renouvelables – l’éolien, notamment –, le Grand Est figure à la pointe des équipements, avec la région Hauts-de-France notamment. C’est encore insuffisant dans une perspective où l’énergie positive (au-delà de 50  % constituée par des procédés renouvelables) est programmée pour 2050.

Trente ans pour augmenter de 150  % la production « naturelle » : la marche est haute. « Certes, mais n’oublions pas les énormes progrès accomplis sans qu’on s’en rende compte en quelques années. Pour le tri des déchets, les voitures, l’électricité, le chauffage, la cuisine ou le bus, la population a déjà largement intégré les grands principes », observe Charles Lhermite, délégué régional Grand Est de France Énergie éolienne.

Alors, la région Grand Est entend bien « demander le soutien des partenaires pour nourrir le développement », prévient Henry Lemoine. « La dernière commission permanente a voté une enveloppe d’un million d’euros pour une augmentation de capital de la SEBL (Société d’équipement du bassin lorrain), afin de développer des projets d’énergies renouvelables. Il faut s’orienter avec les collectivités sur des petits projets locaux qui peuvent être amortis financièrement sur la durée assez rapidement. »

Antoine PETRY

Source : Le Républicain Lorrain https://www.republicain-lorrain.fr/environnement/2019/01/25/energie-passer-a-la-vitesse-superieure