Pyrométal renforce sa stratégie de développement avec la nomination d’Olivier Schaal
9 octobre 2017
Webinaire sur l’instrument PME : programmation 2018-2020
10 octobre 2017

Au pays des robots collaboratifs

L’usine d’Universal Robots à Odense (Danemark) emploie 350 personnes, dont une centaine pour la fabrication de bras robotisés collaboratifs. – Universal Robots

Moins coûteux et plus flexibles, les nouveaux robots industriels sont conçus pour travailler aux côtés des humains. Reportage chez un pionnier du secteur.

Le robot industriel n’est plus ce qu’il était. Depuis cinq ans, une nouvelle génération de machines vient concurrencer les bras surpuissants nés de l’industrie automobile il y a plus d’un demi-siècle, capables de travailler à des cadences incroyables, mais si dangereux pour l’homme qu’ils sont isolés dans des cages ou derrière des parois vitrées. Moins onéreux, plus faciles à programmer et capables de travailler aux côtés des humains, les robots collaboratifs, ou « cobots » , annoncent un nouvel âge de la robotique , accessible à des PME et à des volumes de production bien moins imposants que leurs aînés.

« Un rôle majeur dans les usines du futur »

La part de marché de ces nouveaux robots est encore très limitée, au point que l’International Federation of Robotics (IFR) ne fournit pas de statistiques à leur sujet dans son dernier rapport, publié jeudi dernier. « Les ventes sont encore faibles mais elles augmentent significativement, indique Gudrun Litzenberger, secrétaire générale de l’IFR. Les robots collaboratifs sont appelés à jouer un rôle majeur dans les usines du futur. »

L’offre ne cesse de s’étendre. L’américain Rethink Robotics propose déjà de tels « cobots » depuis 2013, année de sortie de son premier modèle, Baxter. Plus récemment, les grands noms du secteur, comme l’allemand Kuka, le japonais Fanuc ou le suisse Stäubli, se sont lancés à leur tour. Mais le principal pionnier des « cobots », et leader actuel du marché, n’est pas venu d’une nation phare de la robotique. Fondé en 2005 à Odense, ville du Danemark connue jusque-là pour avoir donné naissance à Hans Christian Andersen, Universal Robots a vendu à ce jour quelque 17.000 bras robotisés collaboratifs dans le monde entier.

L’entreprise, issue de l’université de cette cité de 200.000 habitants à deux heures de route de Copenhague, a depuis donné naissance à plusieurs autres spécialistes de la robotique collaborative, tous installés dans un rayon de moins de 10 kilomètres. Selon Odense Robotics, organisme créé il y a trois ans pour fédérer et représenter l’écosystème local, la région compte désormais une centaine de sociétés et 2.600 salariés, dont 350 chez Universal Robots.

Lire la suite de l’article de Benoit Georges dans Les Echos

À lire aussi