Conférence européenne pour l’énergie solaire photovoltaïque
1 septembre 2017
La Fondation Philippe Descarpentries et Initiative France s’engagent pour développer l’entrepreneuriat des moins de 30 ans
4 septembre 2017

Thyssenkrup Presta : des robots et des hommes

L’usine d’assemblage de systèmes de direction assistée Thyssenkrupp Presta France, implantée sur les sites de Florange et Fameck, fait figure de leader dans son domaine. Toujours à la pointe de l’innovation, elle va inaugurer ce vendredi un nouveau concept de chariots autoguidés. Une petite révolution dans la chaîne de production à laquelle prennent aussi part robots collaboratifs et bientôt exosquelettes.

Moins de chariots de manutention conduits par des caristes et plus d’automatisation. La réalité dépasse la fiction sur le site de Fameck de l’entreprise Thyssenkrupp Presta France, spécialiste de l’assemblage des colonnes de direction assistée. De petits chariots circulent tout seuls à travers les allées d’étagères. Ils s’affairent à transporter et ranger les caisses de matériel livrées quotidiennement par 70 camions.

L’entreprise a en effet mis en place un nouveau système de chariots autoguidés. Le projet, qui sera inauguré officiellement le 1er septembre, est baptisé AGV (pour Automated Guided Vehicles) et est destiné à automatiser les flux logistiques. « Les caristes réceptionnent et déchargent les caisses de matériel vers un convoyeur. Elles sont ensuite récupérées par un chariot autoguidé qui les dépose dans des niches de stockage, et les ramène au service de production ou d’expédition selon les appels des opérateurs », résume Jean-Luc Hemmert, PDG de Thyssenkrupp Presta France.
450 opérateurs ont été formés pour commander via une soixantaine d’écrans les vingt-cinq chariots autoguidés de la ligne, développés par l’entreprise Egemin de Nancy. « Les vingt-cinq caristes qui travaillaient sur la ligne ont tous été repositionnés dans l’entreprise », précise Jean-Luc Hemmert.

Améliorer la gestion

Avec un déplacement de l’ordre de 1,7 mètre par seconde (« C’est plus lent qu’un chariot de manutention classique »), les AGV devraient effectuer en moyenne 4 000 mouvements par jour. Six imposants chariots élévateurs autoguidés (VTN) auront à charge de ranger les caisses dans les étagères dites de « grande hauteur » (situées à plus de huit mètres).  « Les employés n’ont plus à manipuler des caisses énormes, il y a moins de dégradations, de caisses qui tombent par terre, et l’inventaire des stocks est facilité. »

 

L’installation de ces AGV a coûté quatre millions d’euros, mais n’a pas nécessité de travaux en termes d’infrastructure. « Les chariots se déplacent en totale autonomie, ils vont d’un point A à un point B grâce à des capteurs lasers. Ils sont également équipés de capteurs de sorte qu’ils s’arrêtent automatiquement, pour des raisons de sécurité, si quelqu’un se trouve à proximité. » Mis en place en septembre 2016, les AGV sont opérationnels depuis juin 2017. « Nous estimons le retour sur investissement à moins de trois ans.» Fameck est le premier site du groupe Thyssenkrupp à avoir implanté des AGV. Ils pourraient l’être aussi sur les sites de Florange d’ici 2020, dans le cadre d’un prochain plan stratégique. « Mais d’autres projets verront peut-être le jour d’ici là. »

Lire la suite de l’article de Tatiana Salvan sur La Semaine